Les spectacles à l'affiche Le catalogue

Les spectacles autour de la vigne et du vin

La bataille des Vins 1 programmation(s)
Comédie, de Henri d'Andeli
Henri d'Andeli, clerc poète du XIIIe siècle est l'auteur de la Bataille des Vins, poème de deux cent quatre octosyllabes à rimes plates.
Cette bataille des vins se déroule à la table du roi de France Philippe, c'est-à-dire de Philippe-Auguste, dont plusieurs témoignages confirment qu'il était passablement porté sur la boisson.
Le roi a envoyé partout ses messagers rassembler les meilleurs vins blancs, que le poète énumère complaisamment.
Un prêtre anglais, revêtu de l'étole, et dont le français fortement anglicisé est supposé produire un effet comique, excommunie les mauvais vins ou les chasse à coups de bâton.
Ceux qui restent en lice ne tardent pas à se disputer la préséance et, nous dit le poète, ils en seraient venus aux mains si les vins avaient des mains.[...]
Les Bacchantes 2 programmation(s)
Tragédie, de Euripide
Cette année, nous jouons deux formats de ce spectacle: 20mn à 2 comédiens et 40mn à 3 comédiens.
La version complète est prévue pour plus tard...

Cette pièce, écrite en 406 av. JC, conte le retour du dieu Dionysos à Thèbes, sa patrie, et la vengeance qu'il tire de ses tantes qui ont insulté sa mère Sémélé, et du roi Penthée, son cousin, qui refuse de reconnaître son culte. Le terme bacchantes, ou ménades, désigne les femmes qui rendaient un culte à Dionysos en référence à l'autre nom du dieu, Bacchos, devenu Bacchus dans la mythologie romaine).

Zeus a partagé la couche de la mortelle Sémélé.
Son épouse légitime, Héra, étant jalouse, il foudroie Sémélé, et tire alors son fils du ventre de sa mère et, s'entaillant la cuisse, y coud l'enfant afin que sa gestation soit menée à son terme.Il en fait un dieu homme, le seul de cette catégorie dans l’Olympe.

La famille de Sémélé, son père Cadmos, Agavé, Ino et Autonoé, ses sœurs, et Penthée, le fils d’Agavé, devenu roi de Thèbes en succédant à Cadmos, interprète le foudroiement comme le châtiment divin d’un mensonge bien humain : Sémélé aurait en fait inventé l’histoire de ses amours divines pour masquer une liaison humaine illicite.

Dionysos passe son enfance et son adolescence en Lydie, où il est adoré. Il retourne ensuite, sous les traits d'un mortel accompagné de bacchantes, à Thèbes, sa ville natale, où il rencontre l'hostilité de sa famille. Il cherche à se venger de Penthée, son cousin (qui refuse de le reconnaître et de l'honorer comme un dieu), ainsi que de tous ceux qui nient qu'il soit né de Zeus. Rapidement, il rend les femmes de la cité délirantes, les entraîne à sa suite et les emmène dans la forêt, où elles se livrent au culte orgiaque de Dionysos. Parmi elles se trouve Agavé, la mère de Penthée.

Cadmos avait décidé d'autoriser le culte dionysiaque, non qu'il soit convaincu de la divinité de Dionysos, mais parce qu'il pensait que cela servait l'honneur et l'intérêt de sa famille.
Le devin Tirésias s'était rangé à son point de vue.

Penthée découvre la situation et décide d'y mettre bon ordre. Il fait emprisonner l'étranger, qui n'oppose aucune résistance. Les bacchantes sont alors poussées à la folie furieuse par le dieu; elles détruisent et tuent tout ce qui se trouve sur leur passage.

L'étranger, miraculeusement libéré, propose à Penthée de se cacher, habillé en bacchante, sur le mont Cithéron pour constater par lui-même les orgies dionysiaques. Penthée accepte, et se ridiculise en portant des habits de femme. En se rendant dans la montagne, il est découvert par les bacchantes, qui le réduisent en pièces sur l'ordre de Dionysos, Agavé à leur tête. Ce n'est qu'après avoir rapporté en triomphe la tête de Penthée au palais qu'elle s'aperçoit avec horreur qu'elle a tué son propre fils.

Dionysos apparaît alors, triomphant, ayant brisé à la fois ceux qui niaient sa divinité et ceux qui ne l'acceptaient que par intérêt et par prudence.